« Un pays qui se développe est un pays où il y a plein d'entrepreneurs »


vendredi 31 mars 2017
7
0
4
 
 

Interview avec Grégoire Sentilhes, Président de Citizen Entrepreneurs, co-fondateur du G20 des entrepreneurs et Président de la société d'investissement dans les ETM, NextStage AM.


Grégoire Sentilhes @ CTZentrepreneur










Votre carrière de serial entrepreneur vous a amené en Europe, aux États-Unis et en Chine. D'où vient cette passion pour l'entrepreneuriat ?

J'ai, très jeune, autour de 18 ans, été exposé, à une société d'information qui émergeait. J'avais la chance de comprendre assez jeune, et peut-être plus tôt que d'autres, à quel point cela allait transformer le monde. J'ai rapidement compris que la liberté n'avait pas de prix par rapport à tout ce qui permettait d'être entrepreneur de son destin - ce qui est d'ailleurs le sous-titre du livre que je viens de publier1. Mes parents comme mes grands-parents ont vécu ce qui était le prix et le coût de la guerre en Europe et j'ai une énergie vitale absolue sur l'idée de ne pas revivre cela. Je pense que plus les Entrepreneurs créent et grandissent, moins il y a de guerre.

Pourriez-vous présenter Citizen Entrepreneurs en quelques mots ?
Quand j'ai vécu aux États-Unis, on me disait souvent : « entrepreneur is a French word ». Rentré en France, j'avais toujours présent à l'esprit que l'entrepreneuriat était un mot d'origine française. En 2006, j'ai donc cofondé avec Pierre Nougué, président d'Ecosys, Jean-Pierre Letartre, président d'EY France et Jean-François Royer, associé EY ainsi qu'avec l'AFIC,   le mouvement Citizen Entrepreneurs, qui rassemble l'intégralité de l'écosystème entrepreneurial français. Sa mission est double : promouvoir l'Entrepreneur comme solution pour la croissance et l'emploi et fédérer les synergies en faveur des Entrepreneurs qui rayonnent dans le monde

Du 15 au 17 juin aura lieu à Berlin le G20 des Jeunes Entrepreneurs. Pourriez-vous nous en dire plus sur cet événement ?
Le G20 des Jeunes Entrepreneurs a pour objectif de réunir la crème des entrepreneurs du monde entier. Cela sera aussi l'occasion de faire passer un message fort aux dirigeants politiques sur le rôle que jouent les entrepreneurs. En effet, un pays qui se développe aujourd'hui, qui a un faible taux de chômage, est un pays où beaucoup d'entrepreneurs naissent et grandissent. On rendra publics à cette occasion deux rapports faits avec nos partenaires ; un premier sur le baromètre entrepreneurial par EY et un deuxième, par Accenture, sur le rôle que joue l'intelligence artificielle dans le développement de l'économie2. Ce qui nous permettra de susciter du networking entre la communauté des 400 entrepreneurs, à la façon de Jeux Olympiques des entrepreneurs.

Pourquoi avez-vous choisi d'organiser cet événement en Allemagne ?
Nous avons voulu placer le G20 des entrepreneurs dans le même pays  que le G20 politique des chefs d'États qui aura lieu à Hambourg en juillet prochain. 

Selon des études, une start-up sur deux échoue. L'entrepreneuriat est-il vraiment une solution pour la croissance et l'emploi ?
À l'échelle de la France, 88 % des emplois créés depuis 20 ans l'ont été par des entrepreneurs. Les 5 % des entrepreneurs qui ont le plus grandi ont créé 57 % de ces emplois. À l'échelle de l'Europe, ce sont 85 % de ces emplois créés depuis 20 ans qui ont été créés par des entrepreneurs. La clé, c'est d'avoir suffisamment d'entrepreneurs qui se lancent et il est important de tout faire pour qu'ils réussissent. Il faut leur faire confiance et investir pour eux afin qu'ils grandissent. Car il n'y a pas assez d'entrepreneurs qui grandissent. Ils sont trop à rester petits ou vulnérables parce qu'ils n'ont pas pu se développer.

Dans une interview, vous avez affirmé que la culture entrepreneuriale faisait défaut au sein de l'Education nationale et du gouvernement en France.
Ce n'est pas un phénomène spécifiquement français, mais on observe en France que le nombre de ministres et de parlementaires qui sont passés par la case de l'entreprise ou de l'entrepreneuriat est désespérément faible. Malheureusement, l'enseignement de l'économie à l'Éducation nationale est devenu l'enjeu d'un débat idéologique et dogmatique qui dessert aussi bien l'Éducation nationale que les Français, les enfants et l'économie. Il y a à peine deux mois, Michel Pebereau, Xavier Huillard... et les chefs d'entreprises qui faisaient partie de la commission des programmes sur l'économie de l'Éducation nationale ont démissionné. Parce que ce qu'on enseigne à l'école ne correspond en rien à la réalité de l'économie de marché, aux rôles de l'innovation et de l'entrepreneur. Et je considère comme un drame que des gens, pour des raisons idéologiques, soit le ministère de l'Éducation, soit des professeurs d'économie pour des raisons politiques, puissent décider de prendre en otage la formation des jeunes Français sur ces questions et qu'on rend bien peu service à la France là-dessus.

Avez-vous un conseil pour des jeunes qui souhaitent eux-mêmes entreprendre ?
J'en ai deux. Le premier est de toujours suivre son intuition et le deuxième est de ne jamais renoncer !


Vive la révolution industrielle ! Tous entrepreneurs de nos destins Grégoire Sentilhes, Paris décembre 2016

À paraître en juin 2017, Publication EY « Beyong Disruption to New Innovation : Policy to Grow Digital Entrepreneurship » Publication Accenture : "Recent Convergence of Technologies specifically Artificial Intelligence (AI)" 

Plus d'actualités
19/07/2014 | 10:03

"Polen ist ein vollwertiger Bündnispartner, der Europa voranbringt"

Jan Tombinski, gegenwärtig Botschafter der EU in Kiew, spricht im Interview über den politischen Einfluss des Weimarer Dreiecks und den Willen Polens,...
&quote;Polen ist ein vollwertiger Bündnispartner, der Europa voranbringt&quote;
19/07/2014 | 10:36

Les deux visages de la foi

À première vue, l'Église catholique polonaise paraît toute puissante. Pourtant, elle aussi n'est pas épargnée par les crises et les processus de sécularisation...
Les deux visages de la foi
10/12/2014 | 15:01

Préparer l'avenir Franco-Allemand

L'Institut français des relations internationales (Ifri) et la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP) recherchent des participants pour leur projet...
Préparer l'avenir Franco-Allemand
20/02/2015 | 14:53

L'Allemagne doit oser la jupe !

Tant de postes de dirigeants occupés par des hommes, tant de haine envers les femmes. Et pourquoi pas une prime à la casse pour vieux machos ?...
L'Allemagne doit oser la jupe !
16/12/2014 | 11:10

Berlin-Paris en train de nuit, c'est fini!

La Deutsche Bahn supprime ses lignes de nuit entre la France et l'Allemagne à partir de décembre, faute de rentabilité. La fin d'une époque,...
Berlin-Paris en train de nuit, c'est fini!
Rédiger un commentaire
  
Nom *
Email *
Votre commentaire *
Erhalten Sie den deutsch-französischen Newsletter
und bleiben Sie jeden Monat auf dem Laufenden über aktuelle europäische Geschehnisse
OK
Observatoire des pôles d'excellence

Coming soon : le premier observatoire digital des pôles d'excellence en Europe

Entdecken Sie die Produkte in unserem Onlineshop: die aktuellen sowie vorangegangenen Zeitschriften, einzelne Artikel zum downloaden ( 2€ pro Artikel), und weitere Artikel von ParisBerlin (Bücher, T-Shirts, Tassen und vièles mehr) !
Volkswagen
© All Contents |  Kontacts | Impressum
{POPUP_CONTENT}