« L'Europe n'a jamais réellement existé »


mardi 01 aot 2017
2
0
0
 
 

Dans son nouvel ouvrage intitulé "Ich ist nicht Gehirn" (« Je ne suis pas mon cerveau »), Markus Gabriel lance une attaque en règle contre les neurosciences qui connaissent pourtant un franc succès auprès des professionnels du marketing. Son ouvrage précédent visait, lui, à marquer, selon ses dires, « une rupture radicale avec la tradition de la philosophie et de la pensée occidentale ». Rien que cela...


© Baltel/Sipa

Un de vos ouvrages s'intitule Pourquoi le monde n'existe pas. Pouvez-vous nous expliquer votre théorie ?


Le monde n'existe pas. Cela ne signifie pas qu'il n'existe absolument rien. Notre planète existe, mes rêves, l'évolution, les chasses d'eau dans les toilettes, la chute des cheveux, les espoirs, les particules élémentaires et même des licornes sur la Lune, pour ne citer que quelques exemples. Le principe qui énonce que le monde n'existe pas implique que tout le reste existe.

Quelles sont vos sources d'inspiration ?


Les bonnes séries télévisées américaines sont la plus belle forme artistique qui ait jamais existé. Il y a tout dans ces séries qui sont une observation complète de l'idéologie contemporaine. Vous pouvez développer un personnage sur plusieurs heures, vous avez de la musique, de la poésie. Toutes les expressions artistiques
sont représentées dans ces feuilletons. Par contre, je ne pense pas que les gens regarderont les Soprano dans 2 000 ans alors qu'ils devraient encore lire Homère.

Les Allemands vont se rendre aux urnes au mois de septembre. Angela Merkel paraît en bonne position pour remporter un quatrième mandat consécutif. Que pensez-vous de la chancelière fédérale ?

C'est une scientifique qui a étudié pendant dix ans la mécanique quantique. Elle applique cette expérience à la politique. Elle accorde ainsi une grande importance aux statistiques. Elle ressemble à une machine informatique parfaite. Elle donne l'impression d'être capable de résoudre tous les problèmes même si ce n'est pas le cas dans la réalité.

Quelles sont ses faiblesses ?

Sa plus grande faiblesse est de ne pas être guidée par un système explicite de valeurs. Si elle en avait un, il serait assez proche de... l'extrême gauche. Elle a grandi en RDA et a peut-être gardé en mémoire les valeurs morales de cette société. Toutes les mesures sociales qu'elle a adoptées comme le salaire minimum ou son activisme en faveur de l'équité salariale entre les hommes et les femmes sont plutôt extrémistes d'un point de vue social. C'est pour cette raison que les sociaux-démocrates n'ont jamais été aussi faibles dans l'histoire allemande. Angela Merkel a en effet réalisé tous leurs objectifs d'une manière très efficace.

Que pensez-vous de sa politique européenne ?

Une de ses faiblesses est qu'elle ne sait pas ce que sont les valeurs européennes. Elle ne se déplace pas à Bruxelles pour convaincre les gens de partager des valeurs, mais elle s'y rend en tant que leader d'une nation qui défend les intérêts de son pays. Penser qu'elle va tenter de rassembler l'Europe est utopique. Ce n'est pas son boulot. L'Europe n'a de toute façon jamais réellement existé.

Est-il possible d'inverser cette tendance ?

Pour avoir une Europe digne de ce nom, nous avons besoin de beaucoup plus d'éducation afin de mieux connaître les idées de nos voisins. Il faudrait aussi mettre en place une sphère publique européenne en créant notamment un journal européen qui soit lu par tous. Deux options se présentent à nous. Soit nous retournons sur les ruines des années 80 qui étaient marquées par la guerre froide et le terrorisme pour finalement arriver au monde dans lequel nous vivons actuellement. Soit nous regardons vers l'avenir et notre avenir, c'est l'Europe. Mais l'Europe que nous devons bâtir n'a encore jamais existé. Nous devons créer quelque chose de nouveau.

Comment expliquez-vous la montée des partis nationalistes en Allemagne et dans l'ensemble de l'Union européenne ?

Ce qui se passe actuellement en Allemagne et ailleurs est la résurgence d'un sentiment nationaliste au sein d'une partie de la population. Pegida est l'expression d'un problème social et non pas national. Certaines personnes ont de fausses croyances qui ne sont pas acceptables d'un point de vue moral. Mais les Allemands sont simplement des gens normaux qui vivent dans un pays dirigé démocratiquement. Ce ne sont ni des anges, ni des démons. L'idée selon laquelle les néonazis en Allemagne sont néonazis en raison de leur nationalité allemande n'est rien d'autre que du racisme. C'est comme dire que les Allemands sont des « boches ». Il y a des néonazis partout et notamment en Grèce et aux États-Unis. Le néonazisme n'est pas lié à un comportement de citoyens allemands. Je me suis toujours opposé au nationalisme, c'est-à-dire à l'idée fausse selon laquelle il y aurait quelque chose d'allemand qui serait supérieur à toute autre identité nationale. Cela n'existe pas. L'Allemagne, comme tous les autres pays, n'est qu'une institution, un système de règles qui accorde des libertés. Beaucoup pensent que leur pays est dans une situation plutôt envieuse, mais ils ne disent pas cela parce que c'est l'Allemagne. Pendant notre histoire, nous avons longtemps eu honte d'être allemands. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, car les personnes de ma génération ne se sentent pas responsables de ce qui s'est passé dans notre pays il y a de très nombreuses années. C'est pour cela également que les gens n'hésitent plus à brandir un drapeau lors des compétitions sportives. Lorsque les gens voient notre drapeau, ils pensent à notre équipe de foot, pas à notre armée. Pour moi, être allemand signifie seulement deux choses : parler la langue allemande et être citoyen de la République fédérale. Rien de plus. Je suis content de posséder un passeport allemand, car il me permet de voyager dans davantage de pays qu'un passeport afghan et il me donne la chance de profiter de droits qui sont écrits dans notre constitution. Mais c'est tout.

Quelles sont les raisons de la résurgence du terrorisme en Europe ?

Les gens ont toujours tendance à oublier l'histoire, mais le terrorisme n'est pas nouveau en Europe. Dans les années 80, il était même plus présent qu'aujourd'hui. Les racines de ce problème se trouvent chez nous en Europe. Il y a des Français maintenant qui ont rejoint l'État islamique et qui nous combattent. Nous avons affaire à une guerre de religion et nous avons un problème avec cela, car nous pensons habiter dans un pays complètement sécularisé et laïc. Je ne pense pas que cela soit le cas. Nous faisons face à une crise assez profonde. Nous vivons aujourd'hui dans une des époques les plus religieuses de l'histoire de l'humanité. Il faut réfléchir aux raisons qui ont permis la création de cette menace.
Plus d'actualités
26/06/2017 | 15:32

Un nouvel élan pour l'Europe

Les dirigeants des « 27 » , réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, ont manifesté leur volonté de faire avancer l'Europe à l'initiative du couple franco-allemand...
Un nouvel élan pour l'Europe
17/05/2017 | 10:09

Macron et Merkel veulent renforcer le couple franco-allemand pour relancer l'Europe

Comme le veut la tradition, Emmanuel Macron a effectué , dès lundi, sa première visite officielle en Allemagne pour y rencontrer Angela Merkel,...
Macron et Merkel veulent renforcer le couple franco-allemand pour relancer l'Europe
31/07/2017 | 18:04

UE-Turquie : la grande supercherie

L'Europe et la Turquie poursuivent leur dialogue politique, la chef de la diplomatie européenne venant même d'affirmer que ce pays reste candidat à l'adhésion...
UE-Turquie : la grande supercherie
02/05/2017 | 12:30

Acteurs français du numérique : accélérez votre développement outre-Rhin !

Les premières rencontres franco-allemandes du numérique auront lieu le mercredi 10 mai à l'ESCP Europe. Organisées par Syntec Numérique et ses partenaires,...
Acteurs français du numérique : accélérez votre développement outre-Rhin !
24/08/2016 | 17:23

L'UE gagne en espérance de vie

L'espérance de vie s'allonge un peu plus dans l'Union Européenne, malgré des inégalités persistantes d'un pays à l'autre.
L'UE gagne en espérance de vie
Rédiger un commentaire
  
Nom *
Email *
Votre commentaire *
Erhalten Sie den deutsch-französischen Newsletter
und bleiben Sie jeden Monat auf dem Laufenden über aktuelle europäische Geschehnisse
OK
Observatoire des pôles d'excellence

Coming soon : le premier observatoire digital des pôles d'excellence en Europe

Entdecken Sie die Produkte in unserem Onlineshop: die aktuellen sowie vorangegangenen Zeitschriften, einzelne Artikel zum downloaden ( 2€ pro Artikel), und weitere Artikel von ParisBerlin (Bücher, T-Shirts, Tassen und vièles mehr) !
Fondation Hippocrene
© All Contents |  Kontacts | Impressum
{POPUP_CONTENT}