Brexit : les Européens s'impatientent


vendredi 01 septembre 2017
0
0
0
 
 

Le troisième round de négociations sur le départ du Royaume-Uni de l'Union s'est ouvert cette semaine, le négociateur européen déplorant l'absence de positions claires de Londres qui risque de retarder le calendrier.


© Flickr - EPP Group

Les négociateurs européens ne cachent plus leur inquiétude. En l'absence de positions claires et précises de Londres sur les conditions du divorce, les relations futures entre le Royaume-Uni et ses 27 partenaires européens ne pourront pas être évoquées en dépit des demandes britanniques. C'est ce qu'a rappelé , lundi en fin d'après midi à Bruxelles, le négociateur européen, Michel Barnier, à l'ouverture du troisième round de négociations sur le Brexit qui doit durer jusqu'à jeudi.

« Le temps passe vite. Je salue les documents du gouvernement britannique mais nous avons besoin de positions sur la totalité des questions concernant notre séparation. Il est temps de commencer à négocier sérieusement et pour cela nous avons besoin de documents britanniques qui soient clairs car plus nous pourrons lever rapidement les ambiguïtés, plus vite nous pourrons discuter de l'avenir de nos relations » a indiqué l'ancien ministre français des affaires étrangères alors que les négociations du Brexit doivent être bouclées au plus tard en mars 2019. Son interlocuteur britannique, David Davis a, quant à lui, appelé « les deux parties à faire preuve d'imagination et de souplesse » en rappelant que son gouvernement souhaite aborder rapidement les discussions sur les futures relations économiques de son pays avec l'Union. Tout se passe donc comme si le gouvernement de Theresa May ne prenait pas au sérieux l'exigence des Européens de trouver, au préalable, un accord sur trois questions jugées prioritaires par les « 27 » : le montant de la facture à acquitter par Londres pour solder ses comptes avec l'Union,  le sort des ressortissants européens installés outre-manche et des Britanniques vivant dans l'Union et la question de la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord. Londres aurait promis de faire « une présentation orale » de son analyse juridique sur le règlement financier cette semaine, sans cependant avancer de chiffres.  Officieusement les Européens évalueraient la facture de Londres entre 60 et 100 milliards d'euros, le gouvernement May ne souhaitant pas dépasser 40 milliards. Dans ces conditions, Michel Barnier redouterait que le prochain sommet des dirigeants des « 27 », qui doit se tenir en octobre à Bruxelles, ne soit pas en mesure d'estimer que des progrès suffisants ont été obtenus sur l'organisation du Brexit pour évoquer ensuite les relations futures.

Mardi matin, c'est le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui est revenu à la charge pour fustiger l'immobilisme britannique. « Il est clair que nous n'engagerons aucune négociation sur les nouvelles relations, notamment économiques et commerciales, avant d'avoir réglé les questions relatives à l'article 50 et donc au divorce » a-t-il  répété lors d'une intervention devant les ambassadeurs de l'Union. « J'ail lu avec attention, a-t-il ajouté, tous les papiers produits par le gouvernement britannique, aucun ne m'a vraiment satisfait. Il y a donc énormément de questions qui restent à régler ». Un bilan de cette troisième session de négociations devrait être présenté, lors d'un conférence de presse conjointe Barnier-Davis jeudi. Mais personne ne semble se faire d'illusions sur ce bilan.
Plus d'actualités
23/06/2016 | 17:08

"Brexit" ou "Bremain"

L'Union européenne fait face à un scénario inédit depuis sa création. Tous attendent le résultat du référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni...
&quote;Brexit&quote; ou &quote;Bremain&quote;
26/06/2017 | 15:32

Un nouvel élan pour l'Europe

Les dirigeants des « 27 » , réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, ont manifesté leur volonté de faire avancer l'Europe à l'initiative du couple franco-allemand...
Un nouvel élan pour l'Europe
24/06/2016 | 15:20

Édito : Vendredi noir sur l'Europe

Le Club ParisBerlin et le Cercle franco-allemand de Staël s'expriment sur le Brexit.
03/10/2016 | 12:58

Mit Multikulturalität gegen den Rechtspopulismus

"Die deutsch-französischen Beziehungen unter Strom in Zeiten des Brexit". Um Themen wie dieses ging es auf der deutsch-französischen Jobmesse Connecti am 29...
Mit Multikulturalität gegen den Rechtspopulismus
04/10/2016 | 13:05

Edito : Le silence assourdissant de l'après-Brexit

Le 23 juin dernier, l'Europe a pris un coup sur la tête. Un de ses membres a décidé de quitter la table. Plus de la moitié des Britanniques en étaient sû...
Edito : Le silence assourdissant de l'après-Brexit
Rédiger un commentaire
  
Nom *
Email *
Votre commentaire *
Erhalten Sie den deutsch-französischen Newsletter
und bleiben Sie jeden Monat auf dem Laufenden über aktuelle europäische Geschehnisse
OK
Observatoire des pôles d'excellence

Coming soon : le premier observatoire digital des pôles d'excellence en Europe

Entdecken Sie die Produkte in unserem Onlineshop: die aktuellen sowie vorangegangenen Zeitschriften, einzelne Artikel zum downloaden ( 2€ pro Artikel), und weitere Artikel von ParisBerlin (Bücher, T-Shirts, Tassen und vièles mehr) !
Airbus
© All Contents |  Kontacts | Impressum
{POPUP_CONTENT}